User since 2010
Frederic's published pages
Paul prie que l'amour de Dieu appliqué en Église déborde sur le monde. Telle est la sainteté qui le glorifiera au retour de Christ.
1 Tesalonicenses 3:11-13
Discourse.
Romains 9:22-23
Discourse.
Romains 9:22-23
Discourse.
Romains 9:19-23
Discourse.
Romains 9:19-23
Discourse.
Jean 15:12-15
Discourse.
Jean 15:12-15
Discourse.
Romains 9:14-18
Discourse.
Romains 9:14-18
Discourse.
Romains 9:9-13
Discourse.
Romains 9:9-13
Discourse.
Romains 9:6-8
Discourse.
Romains 9:6-8
Main point summary. Rom. 9.1-5 Le comble de la douleur de Paul.
Romains 9:1-5
Main point summary. Rom. 9.1-5 Le comble de la douleur de Paul.
Romains 9:1-5
Bracket.
Psaumes 50:8-15
Bracket.
Psaumes 50:8-15
Ex. 19.4-6 [phrasing].
Exode 19:4-6
Ex. 19.4-6 [Bracket].
Exode 19:4-6
[LAB17] No condemnation [bracket].
Romains 7:22-8:2
[LAB17] No condemnation [bracket].
Romains 7:22-8:2
L'espérance du chrétien triste [Phrasing].
Lamentations de Jérémie 3:31-33
[LAB16] The Book of Life (6) [Bracket].
Luc 10:17-20
[LAB16] The Book of Life (6) [Bracket].
Luc 10:17-20
[LAB13] The Book of life (3) [Bracket].
Apocalypse 3:1-6
[LAB13] The Book of life (3) [Bracket].
Apocalypse 3:1-6
[LAB12] The Book of life (2) [Bracket].
Apocalypse 21:22-27
Bracket.
Apocalypse 20:12-15
Bracket.
Apocalypse 20:12-15
[Bracket] Ésaïe 48:9-11 | "À cause de mon nom".
Ésaïe 48:9-11
[Bracket] Ésaïe 48:9-11 | "À cause de mon nom".
Ésaïe 48:9-11
[Bracket] Luke 12:32-34.
Luc 12:32-34
[Bracket] Luke 12:32-34.
Luc 12:32-34
Phrasé 1 Thes. 1:2-5.
1 Thessaloniciens 1:2-5
Six éléments-lés de l'Évangile en un verset.
1 Peter 1:3
Arc.
Romans 6:20-23
222.
Le jour où pharaon faillit réussir !
Arc.
Exodus 5:1-9
Arc.
1 Peter 5:6-11
Arc.
Psalms 32:1-11
Plus que ce pour quoi David prie, sa conception de la prière m'intéresse ic
Psalms 28:1-9
Diagram. Arc.
Philippians 3:8-11
Arc.
Romans 12:1-2
Diagram. Arc.
Philippians 1:9-11
Arc. Diagram.
Philippians 1:9-11
Le moment opportun : le bon kairos .
Hebrews 4:16
Arc.
Romans 10:8-10
Arc.
Psalms 115:1-18
I think 6b gives the general ground of the Psalm.
Psalms 1:1-6
Voici une réaction étrange face à une situation effryante : David ne s'inquiète pas.
Psalms 3:1-8
L'un des plus courts mais denses.
Psalms 117:1-2
(En cours) Sauve.
Psalms 83:1-18
Christ est notre paix.
Ephesians 2:11-22
Paul's 2nd prayer Each time he unfolds the mystery, he ends his teaching by praying that God helps u...
Ephesians 3:14-21
view all (55 total)
Supplication humble et confiante pour la délivrance
Le thème : un croyant fidèle et humble supplie Dieu de le délivr
Published 29/06/2014
Share / Groups / About Author
Special note
Notes
notes
Special note
This page was automatically converted from a module that was shared prior to the release of Published Pages.
notes 1452680590796 Special note This page was automatically converted from a module that was shared prior to the release of Published Pages.
Notes
2014-06-28 11:25:53
2014-11-19 21:58:43
Le thème : un croyant fidèle et humble supplie Dieu de le délivrer. David supplie Dieu humblement et par la foi de le délivrer de ses ennemis (ext.) et de l'angoisse (int.) dans laquelle ils l'ont jeté. Cette prière entre dans la catégorie des supplications de Philippiens 4:6-7. Les versets 1 et 9 sont centraux et peuvent se résumer ainsi : Mon Dieu, fais-moi la grâce de me délivrer ! I. Supplication à Dieu pour écouter sa requête (versets 1 à 7) Ou : Pourquoi Dieu serait-il obligé de m'exaucer ? I.1. De quel droit pouvons-nous prier Dieu de nous faire du bien (v.1-2) ? Au fond, pourquoi Dieu serait-il obligé de nous exaucer ? Le méritons-nous ? Dans sa miséricorde, Dieu ne nous donne pas tout ce que nous méritons ! Comment introduire sa prière lorsqu'on veut être exaucé ? Certaines prières encouragent à adorer Dieu avant de lui soumettre toute requête. C'est une façon de faire très légitime. Ici, un autre modèle est proposé. Avant sa requête, David reconnaît sa nature pécheresse (v.2). Enseignement qui sera explicité en Romains 3 (notamment 3:23). Sur quel fondement peut-on prier alors ? Non sur nos qualités, mais sur celle d'un autre, Dieu lui-même. Sa fidélité et sa justice (v.1). C'est précisément cette association-là que Jean mentionne dans sa lettre, lorsqu'il dit que nous pouvons aller à Dieu pour qu'il efface notre péché, qu'il pardonne et qu'il écoute notre prière : 1 Jean 1:9. Selon Jean, nous pouvons nous appuyer sur ces deux attributs de Dieu pour demander pardon avec assurance (l'assurance de la foi) et entrer dans la présence de notre souverain et avoir le droit de lui adresser une requête. Cela s'est déjà vu dans la Bible, comme dans Esther. David a reconnu humblement son indignité à demander quoi que ce soit à Dieu, avant de demander quoi que ce soit. Car Dieu écoute la prière du humble (cad de celui qui reconnaît qu'il n'a en lui-même aucun droit naturel de soumette à Dieu ses requêtes). En filigrane se trouve enseignée la médiation du seul Juste, Jésus-Christ, médiateur entre Dieu et les hommes, intercesseur à sa droite (Rom. 8:34). Si Dieu écoute nos prière, c'est : 1. Parce que nous confessons notre indignité naturelle (nous ne prions pas en notre propre nom) ; 2. Nous en appelons à notre dignité en Christ (nous prions au nom de Christ). Le modèle proposé ici est donc : avant de lui demander d'intervenir dans notre vie, et de nous délivrer d'une circonstance pénible ou d'un péché, etc., n'oublions pas grâce à qui nous pouvons demander l'aide de Dieu, n'oublions pas au nom de qui nous prions. C'est parfois dommage de réciter "au nom de Christ" à la fin de la prière. David le ferait au début : "Au nom de Christ, je te prie Seigneur de faire ceci ou cela…". Si nous mettions au début de nos prières le nom de Christ, non seulement, nous nous souviendrions qui nous sommes pour le faire (pécheur + pécheur racheté) nous prierions avec reconnaissance (malgré la douleur de la circonstance actuelle pour laquelle nous supplions Dieu), ce qui obéit à Phil 4:6 ("suppliez avec action de grâce"), et ensuite, cela modifierait probablement le contenu de notre prière. Toute prière au nom de Christ est une prière que Christ ferait lui-même à son Père : or, le Fils prie toujours pour la gloire du Père. En appeler d'abord au "fondement" sur lequel nous pouvons prier (1 Corinthiens 3, le fondement, c'est Christ) me permet de remettre en question ma prière : 1. Ma supplication vise-t-elle bien la gloire du Père ? Ou seulement ma délivrance, cad un intérêt personnel. Que ferai-je de cette délivrance ? Le psalmiste demande souvent à Dieu de le délivrer pour qu'il puisse continuer à louer Dieu et à lui obéir scrupuleusement, cf. nombreuses occurrences en Ps 119.). 2. Suis-je en train de prier par la foi ? cad en comptant sur la bonté de Dieu (fidélité). La foi est la réponse de l'homme à la grâce de Dieu (Éph. 2:8). 3. Ma supplication est-elle faite dans un esprit de reconnaissance (ou de murmure contre ce Dieu méchant qui m'envoie une circonstance injuste… Bien sûr, je ne le formulerai pas ainsi, mais lorsque je me plains des circonstance, je ne devrais pas oublier non plus que je crois en un Dieu souverain, qui est aux commandes de ce monde). • Le sursaut de la foi ( versets 5 et 6 ) Verset 7 : les ennemis le terrassent et le laissent comme mort intérieurement. Si en plus, Dieu ne répond pas, alors cette fois, c'est son silence qui va emmener David dans la tombe ! Finalement, si Dieu restait insensible, ce ne serait pas mieux que l'opposition de mes ennemis. David emploie la même comparaison morbide pour décrire l'agression de l'ennemi et le silence éventuel de Dieu. Non, c'est inimaginable. Dans d'autres psaumes, David évoque la tombe pour dire à Dieu : si tu ne me délivres pas, je vais mourir. Or, au schéol, pas de louange : quel avantage aurais-tu à posséder un adorateur de moins ? II. Contenu de la supplication, requêtes générales et précises (versets 8 à 12) Dans la partie précédente, nous avions des références à la mort, à la dépression (cœur abattu, "consterné"). "Après un temps en vient un autre" disait ma grand-mère. Vient le temps de l'espoir. C'est le moment où David demande à Dieu d'intervenir dans sa vie. À savoir, dans sa vie intérieure (délivrance de la détresse intérieure) et extérieure (délivrance des ennemis qui le terrassent). Il est question de "Dès le matin" et de "rendre la vie", "délivrer". Vocabulaire de la sortie de crise. 8-10 : Requêtes générales (+ une précise) David s'appuie sur sa foi (phrases vertes) pour demander à Dieu de le conduire vers la victoire. Chiasme : la demande de délivrance (victoire) est entourée par la demande à Dieu de connaître sa volonté pour l'appliquer (obéissance). La victoire s'obtient dans un contexte d'obéissance à la volonté de Dieu : – C'est par la foi que le croyant voit le chemin de l'obéissance se dérouler devant lui. – C'est dans l'obéissance que le croyant est délivré. => C'est par la foi agissante (obéissante) que s'obtient la victoire. 11-12 : Requêtes circonstanciées David s'appuie sur les qualités de Dieu pour lui demander de le délivrer de son angoisse et de ses ennemis. Rendre la vie : s'oppose à cette atmosphère mortelle qui le consumait (v. 3, 7). Que ce soit en faisant valoir sa foi (8-10) ou la bonté de Dieu (11-12), chaque fois, David construit sa requête en plaçant ce qui le concerne Dieu en premier et lui en second.
11403954753037 1403887208906 Notes 2014-06-28 11:25:53 2014-11-19 21:58:43 Le thème : un croyant fidèle et humble supplie Dieu de le délivrer. David supplie Dieu humblement et par la foi de le délivrer de ses ennemis (ext.) et de l'angoisse (int.) dans laquelle ils l'ont jeté. Cette prière entre dans la catégorie des supplications de Philippiens 4:6-7. Les versets 1 et 9 sont centraux et peuvent se résumer ainsi : Mon Dieu, fais-moi la grâce de me délivrer ! I. Supplication à Dieu pour écouter sa requête (versets 1 à 7) Ou : Pourquoi Dieu serait-il obligé de m'exaucer ? I.1. De quel droit pouvons-nous prier Dieu de nous faire du bien (v.1-2) ? Au fond, pourquoi Dieu serait-il obligé de nous exaucer ? Le méritons-nous ? Dans sa miséricorde, Dieu ne nous donne pas tout ce que nous méritons ! Comment introduire sa prière lorsqu'on veut être exaucé ? Certaines prières encouragent à adorer Dieu avant de lui soumettre toute requête. C'est une façon de faire très légitime. Ici, un autre modèle est proposé. Avant sa requête, David reconnaît sa nature pécheresse (v.2). Enseignement qui sera explicité en Romains 3 (notamment 3:23). Sur quel fondement peut-on prier alors ? Non sur nos qualités, mais sur celle d'un autre, Dieu lui-même. Sa fidélité et sa justice (v.1). C'est précisément cette association-là que Jean mentionne dans sa lettre, lorsqu'il dit que nous pouvons aller à Dieu pour qu'il efface notre péché, qu'il pardonne et qu'il écoute notre prière : 1 Jean 1:9. Selon Jean, nous pouvons nous appuyer sur ces deux attributs de Dieu pour demander pardon avec assurance (l'assurance de la foi) et entrer dans la présence de notre souverain et avoir le droit de lui adresser une requête. Cela s'est déjà vu dans la Bible, comme dans Esther. David a reconnu humblement son indignité à demander quoi que ce soit à Dieu, avant de demander quoi que ce soit. Car Dieu écoute la prière du humble (cad de celui qui reconnaît qu'il n'a en lui-même aucun droit naturel de soumette à Dieu ses requêtes). En filigrane se trouve enseignée la médiation du seul Juste, Jésus-Christ, médiateur entre Dieu et les hommes, intercesseur à sa droite (Rom. 8:34). Si Dieu écoute nos prière, c'est : 1. Parce que nous confessons notre indignité naturelle (nous ne prions pas en notre propre nom) ; 2. Nous en appelons à notre dignité en Christ (nous prions au nom de Christ). Le modèle proposé ici est donc : avant de lui demander d'intervenir dans notre vie, et de nous délivrer d'une circonstance pénible ou d'un péché, etc., n'oublions pas grâce à qui nous pouvons demander l'aide de Dieu, n'oublions pas au nom de qui nous prions. C'est parfois dommage de réciter "au nom de Christ" à la fin de la prière. David le ferait au début : "Au nom de Christ, je te prie Seigneur de faire ceci ou cela…". Si nous mettions au début de nos prières le nom de Christ, non seulement, nous nous souviendrions qui nous sommes pour le faire (pécheur + pécheur racheté) nous prierions avec reconnaissance (malgré la douleur de la circonstance actuelle pour laquelle nous supplions Dieu), ce qui obéit à Phil 4:6 ("suppliez avec action de grâce"), et ensuite, cela modifierait probablement le contenu de notre prière. Toute prière au nom de Christ est une prière que Christ ferait lui-même à son Père : or, le Fils prie toujours pour la gloire du Père. En appeler d'abord au "fondement" sur lequel nous pouvons prier (1 Corinthiens 3, le fondement, c'est Christ) me permet de remettre en question ma prière : 1. Ma supplication vise-t-elle bien la gloire du Père ? Ou seulement ma délivrance, cad un intérêt personnel. Que ferai-je de cette délivrance ? Le psalmiste demande souvent à Dieu de le délivrer pour qu'il puisse continuer à louer Dieu et à lui obéir scrupuleusement, cf. nombreuses occurrences en Ps 119.). 2. Suis-je en train de prier par la foi ? cad en comptant sur la bonté de Dieu (fidélité). La foi est la réponse de l'homme à la grâce de Dieu (Éph. 2:8). 3. Ma supplication est-elle faite dans un esprit de reconnaissance (ou de murmure contre ce Dieu méchant qui m'envoie une circonstance injuste… Bien sûr, je ne le formulerai pas ainsi, mais lorsque je me plains des circonstance, je ne devrais pas oublier non plus que je crois en un Dieu souverain, qui est aux commandes de ce monde). • Le sursaut de la foi ( versets 5 et 6 ) Verset 7 : les ennemis le terrassent et le laissent comme mort intérieurement. Si en plus, Dieu ne répond pas, alors cette fois, c'est son silence qui va emmener David dans la tombe ! Finalement, si Dieu restait insensible, ce ne serait pas mieux que l'opposition de mes ennemis. David emploie la même comparaison morbide pour décrire l'agression de l'ennemi et le silence éventuel de Dieu. Non, c'est inimaginable. Dans d'autres psaumes, David évoque la tombe pour dire à Dieu : si tu ne me délivres pas, je vais mourir. Or, au schéol, pas de louange : quel avantage aurais-tu à posséder un adorateur de moins ? II. Contenu de la supplication, requêtes générales et précises (versets 8 à 12) Dans la partie précédente, nous avions des références à la mort, à la dépression (cœur abattu, "consterné"). "Après un temps en vient un autre" disait ma grand-mère. Vient le temps de l'espoir. C'est le moment où David demande à Dieu d'intervenir dans sa vie. À savoir, dans sa vie intérieure (délivrance de la détresse intérieure) et extérieure (délivrance des ennemis qui le terrassent). Il est question de "Dès le matin" et de "rendre la vie", "délivrer". Vocabulaire de la sortie de crise. 8-10 : Requêtes générales (+ une précise) David s'appuie sur sa foi (phrases vertes) pour demander à Dieu de le conduire vers la victoire. Chiasme : la demande de délivrance (victoire) est entourée par la demande à Dieu de connaître sa volonté pour l'appliquer (obéissance). La victoire s'obtient dans un contexte d'obéissance à la volonté de Dieu : – C'est par la foi que le croyant voit le chemin de l'obéissance se dérouler devant lui. – C'est dans l'obéissance que le croyant est délivré. => C'est par la foi agissante (obéissante) que s'obtient la victoire. 11-12 : Requêtes circonstanciées David s'appuie sur les qualités de Dieu pour lui demander de le délivrer de son angoisse et de ses ennemis. Rendre la vie : s'oppose à cette atmosphère mortelle qui le consumait (v. 3, 7). Que ce soit en faisant valoir sa foi (8-10) ou la bonté de Dieu (11-12), chaque fois, David construit sa requête en plaçant ce qui le concerne Dieu en premier et lui en second. notes
Comments
Disclaimer: The opinions and conclusions expressed on this page are those of the author and may or may not accord with the positions of Biblearc or Bethlehem College & Seminary.